Archives de Tag: programme

Ah charî’a, charî’a, charî’a…

On rapporte qu’Einstein pensait que l’univers et la bêtise humaine sont infinis, avec une réserve à propos de l’univers. Une caractéristique admirable de l’infini, c’est qu’il peut encore nous surprendre, même quand il est exactement là ou on l’attend.
C’est ainsi que j’ai  vu passer ce weekend la copie d’un tract assez savoureux. La thèse de l’auteur, empreinte d’un réalisme qu’on pourrait situer entre Boris Vian et Douglas Adams, est (tenez vous bien) que la proposition dite du droit de vote aux étrangers aboutirait à rien moins que l’établissement en France de la charia.

Faisons fi un instant des gens qui sont à la fois de nationalité française et de religion musulmane. Imaginons même, pour le jeu de l’esprit que les 3 à 5 millions estimés de musulmans en France (selon la façon dont on les compte) souhaitent l’intégration de la charia dans le droit français, même si c’est loin d’être évident. Ce n’est sûrement pas par un vote traditionnel qu’ils vont imposer leur volonté à 70 millions de français non musulmans. L’auteur de ce tract est donc mauvais en maths.
Il fut aussi peu attentif en instruction civique, si le vote aux élections locales lui semble suffisant pour changer fondamentalement les bases du droit.

Ne rien comprendre à quoi que ce soit à ce point, c’est tragique. Qui sait, dans la tête de cet imbécile, ce qui se trame? A-t-il seulement lu le projet de loi?
Sans prendre parti pour ou contre cette mesure, je voudrais signaler à l’auteur de ce tract un texte spécialement niais qui m’était parvenu via une chaîne de mails. Il s’agissait de sourire béatement à n’importe qui sous prétexte qu’un sourire apporte plus à son destinataire qu’il ne coûte à son expéditeur. Dieu me garde d’une telle philanthropie. Mais il en va de même du vote. Un vote isolé est d’une insigne insignifiance pour l’élection, mais lourd de sens pour le votant.

Certes, il y a fort à parier que mettre en place cette ouverture des bureaux de vote aux étrangers non ressortissants d’un pays de l’Union Européenne achète durablement les voix de ces nouveaux votants. En fait, c’est même là l’intérêt premier de la manœuvre. Mais peut-on de bonne foi taper sur l’incivisme supposé des étrangers et pousser des cris d’orfraie quand il est question de les inclure dans la vie de la cité?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.