Archives de Tag: mandicité

La manche bleue marine

« Au commencement était le verbe » ou du moins, la bonne vieille cloche traditionnelle, aussi verbeuse qu’avinée. celui ci tente usuellement de convaincre, par son boniment, un public blasé de lui jeter quelques piécettes pour un peu de bonne conscience. Son répertoire va selon son niveau d’alcoolémie de « hey, camarade, t’as pas cent balles? » à « bonjour, j’ai perdu mon emploi, mon logement, ma femme, et même mon amour propre. Je ne vais pas vous demander de l’amour mais juste de quoi rester propre… »

C’est important, les mendiants. C’était sans doute la retraite des pionnières du plus vieux métier du monde et ce métier durera autant que l’humanité.ça permet principalement de faire peur aux gens pour qu’ils s’efforcent de ne pas « tomber si bas ». Et ça permet à ceux qui ont le courage de se recentrer sur l’essentiel de consacrer à la philosophie le temps qu’ils auraient pu perdre à bosser.

La mendicité n’a pas échappé à la mondialisation. Quoi de plus rationnel que d’importer dans les pays riches, ou on a de l’argent à en revendre, les mendiants des pays pauvres, ou l’on n’a rien à leur donner. Des réseaux se sont donc créés dans ce but. C’est ainsi qu’on peut maintenant acheter, dans le RER, un marque-page qui porte, d’un coté en français et de l’autre en anglais, un texte expliquant que le vendeur à des enfants mais pas de travail, et que votre aide vous vaudra une intention dans les prières de la famille. C’est d’autant plus cocasse quand le vendeur parait avoir moins de douze ans.

C’est quand même un peu chiant ces mendiants. D’autant que le secteur est fortement concurrentiel. S’en suit un effort permanent de différenciation, qui vous vaut parfois de vous voir proposé de l’activité intellectuelle low-cost, mais qui vous vaut aussi d’autre fois d’avoir les oreilles détruites par le croisement entre les sanglots d’un violon et un vieux midi pourri.

La réponse diversifiée à la mendicité d’origine non contrôlée, c’est la mendicité de souche, qui brandit bien haut le livret de famille et la carte nationale d’identité. Donnez, c’est entre bon français, presque en famille. Marine Le Pen se porte-t-elle donc si mal qu’elle doivent envoyer ses militants faire la manche, ou bien recrute-t-elle ses sympathisants parmi les mendiants qui sont plus menacés que les plombiers par les polonais?

Bizarrement l’anecdote ne me rend sympathiques ni les mendiants ni les militants.

1 commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.