Archives de Catégorie: Si je peux me permettre… — Et il se trouve que je peux! — D’ailleurs je me permets.

Mes réflexions sur l’actualité et le monde dans lequel nous vivons n’ont pas pour but de vous plaire, ni, d’ailleurs, de vous déplaire.

« On est une bande de jeunes, on se fend la gueule »…

Les opposants au projet de loi intitulé « mariage pour tous » (et j’ai dit ce que je pensais de ce nom) ont manifesté samedi. En province, il semblerait que des contre-manifestations aient mis de l’action, mais dans l’ensemble, la diversité d’opinion s’est exprimée pacifiquement.
Aujourd’hui, dimanche, ceux qui trouvaient surtout que le prétexte était rêvé pour se mettre sur la gueule se sont retrouvés à Paris. C’était un peu l’épreuve du feu pour les femen qui avaient annoncé, il y a quelques mois l’ouverture d’un camp d’entraînement sur les toits de Paris. Les femen nous viennent d’Europe de l’est. Dans les visions du monde, le féminisme est une sorte de guérilla, à laquelle elles appellent toutes les femmes du monde à venir se former. Admettons.
En temps qu’étrangères, ces filles sont assez mal venues de se mêler de notre soupe législative interne, il me semble. Mais l’occasion était trop belle, pour ces activistes top-less, de venir se frotter au gros bras de l’extrême droite Française. On pourrait disserter sur les valeurs des deux bords, mais ce qui les rassemble c’est qu’ils semblent prôner les mêmes moyens. Les milices de la pensée « de souche », de leur côté étaient bien là où on les attendait, et ne se sont pas privés de jouer du muscle.
Après les provocatrices, des journalistes ont été ciblés par les enragés. C’est là que l’incident devient déplorable. Que les brutes s’en prennent à celles qui sont venu là pour ça me semble, somme toute, tout à fait logique, et suffisant pour les discréditer. Il n’était à mon avis pas utile de s’attaquer à la presse, en affichant à cette occasion leur mépris pour notre droit à être informés…

Rappelons ce papier paru pendant la campagne présidentielle des USA, tout à fait d’ actualité : God distances himself from Christian Right

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Le mariage pour tous: un nom effrayant.

Je ne sais pas vous, mais le mariage pour tous dont on nous rebat les oreilles m’épouvante. Je ne suis pas opposé au mariage tant qu’on n’a pas de velléités de me marier moi. En ce sens je pourrais assez bien me faire au « mariage pour n’importe qui ».

Le but du mariage est d’enfermer dans un cadre social normalisé ce qui est par essence hors de toutes les normes: sur le plan spirituel, l’amour et sur le plan matériel le sexe. Hors de ce cadre normatif, il ne saurait y avoir que des électrons libres qu’il importe de marginaliser.
Pour assujettir un peu plus la population aux normes, il est nécessaire de lier un maximum de gens par le mariage. Il y a une forme de bondage psychologique dans cette sujétion consentie à la norme.

Les grandes dictatures se sont toutes caractérisées par leurs prétentions universalistes. Le « mariage pour tous » c’est une preuve des ambitions dictatoriales du puritanisme ambiant. Soyez tous un peu plus soumis et un peu moins libres. Et trouvez tous que c’est un progrès. Mais permettez moi de rester à l’écart et de rire sous cape.

2 Commentaires

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Les conversations stériles se reproduisent

D’aucuns se souviennent peut-être d’une polémique absurde que j’avais pointé du doigt dans les débuts de ce blog.
Les déplacements en avion de François Fillon étaient critiqués par des gens qui se focalisaient sur le coût du dispositif, en éludant soigneusement le point de vue sécuritaire qui justifie pleinement la mesure. Dès le soir de son élection, c’est François Hollande qui a été visé par des critiques similaires.

Il aurait pu laisser les ânes braire, mais non: il lui faut être « normal ». Et il prend donc le train.
Alors au risque de me répéter, dans l’éventualité ou quelqu’un voudrait s’en prendre à la France, le président est une cible de choix. Je ne pense pas nécessairement à des intégristes « musulmans d’apparence » mais plutôt à des séparatistes corses ou des guignols avec une swastika tatouée sur la fesse. Foutez le président dans un train, vous exposez le train. Il serait peut-être judicieux qu’on explique à Hollande que même ses adversaires ne veulent par qu’il soit au prochain attentat une « victime normale ».

Comme si on était pas assez emmerdés avec les alzheimer qui oublient leurs courses dans châtelet, et les gens qui perdent une valise de linge sale à montparnasse…

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Con fait des rations…

Il est des mouvements qui ont une propension certaine à rassembler des gens fortement enclins à proférer des conneries. Mais dans de rares cas, on trouve des mouvements dont le nom même est absurde. C’est le cas d’un mouvement qui produit principalement des autocollants dont les sympathisants décorent le mobilier urbain: la « fédération anarchiste ». Bel exemple de novlang que l’idée d’anarchistes fédérés!

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Nicolas égale (et depasse ?) François…

J’avais des velléités de répondre à la « Lettre aux français » de monsieur le plus-petit-diviseur-commun mais le temps m’a manqué et le premier tour passé, mon texte inachevé perd déjà son sens. En un sens c’est un bien car au lieu de commenter un texte qui, tout abject qu’il soit, constitue un magistral morceau de communication, je vais commenter le magnifique fail de com’ qu’entérinent les résultats du scrutin de dimanche.

Le François du titre, n’est pas le candide candidat du PS mais un de ses illustres prédécesseurs, crapule au point qu’il aurait pu faire peur à un corse, dissolu à faire rougir les DSK : feu François Mitterand.

En effet, comme chacun sait, c’est grâce à lui que le Front National a  pris pied dans l’Assemblée (Nationale également). Pour atténuer une défaite programmée lors des législatives de 1986, il introduisit la proportionnelle dans l’élection des députés. Selon ses calculs, cela était opportun sur le moment pour le PS, puisque cela affaiblirait la future majorité, mais ce le fut aussi pour le FN qui, sans obtenir assez de voix pour gagner une circonscription, obtint toutefois assez de voix pour se voir attribuer des sièges. C’est ainsi que ce parti entra dans la cour des grands grâce au manœuvres électorales de Tonton. Dès cet instant Jean-Marie devint un trouble-fête qu’on ne pouvait ignorer. Le FN fut alors ostracisé par le parti de droite le plus puissant à l’époque: le RPR, ancêtre de l’UMP.

Cette attitude perdura jusqu’à l’arrivée du petit Nicolas. Pour gagner les présidentielles de 2002 en mettant en avant son bilan de ministre de l’intérieur, il centra la campagne sur les thèmes sécuritaires qu’affectionne le FN. Le pari était risqué car cela donnait aux discours de Le Pen père un surcroît de légitimité, tout en fragilisant l’adhésion du centre droit à l’ex Union pour la Majorité Présidentielle. Cette droitisation de la droite a laissé de la place au centre pour la création du MoDem. Mais elle a aussi légitimité les thèmes fondamentaux de l’extrême droite. C’est ainsi que débarrassé du sulfureux Jean-Marie, le FN a pu sortir du rôle protestataire dans lequel il était enfermé. Les petits gars de la Marine en ont profité dimanche. Ils comptent bien le prouver par le chiffre des votes blancs ou nuls du 6 mai. Mais c’est sur les législatives qui s’annoncent que l’UMP, pour qui ça sent le sapin, boira la lie de la coupe qu’ils nous ont servi…

2 Commentaires

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Too loose*

C’est marrant comme les faits divers agitent les gens. Le tueur de Toulouse, par exemple, agite beaucoup de monde. Le consensus populaire est sur l’horreur de la pédophobie sous-jacente, même si il a  tué des juifs parce qu’ils étaient juifs, des arabes parce qu’ils étaient arabes, des soldats parce qu’ils étaient soldats et j’en passe. Idéalement, il faudrait que le type soit descendu par les forces de l’ordre sans autre forme de procès, ce qui laisserait le plus grand nombre dans la douce amère illusion de Calimero : il nous en veut, « c’est vraiment trop injuste ».

Bien sur, avec un peu de recul on attendrait que les enquêteurs enquêtent, que les experts expertisent, voir que les juges jugent. Mais qui se souvient de Ligonnès? Les médias et le public aiment le sang chaud. Toutes les explications, tous les commentaires sont discutés et rapprochés de la quasi-absence de faits.

Je n’ai vu personne évoquer une croisade contre la surpopulation qui pourrait conduire le tueur au blanc destrier mécanique à éliminer des mioches.
Je n’ai pas non plus entendu les chantres de l’anti-américainisme conspuer l’atlantisme de notre plus petit diviseur commun. Pourtant, ce tueur en série semble avoir le profil de ces chancres qui se développent sur le pourrissement du rêve américain…
D’un autre côté, certains remarquent narquois qu’après la tuerie d’Oslo, les autorités avaient promis de punir le fascisme en développant encore plus les libertés individuelles, alors que la France réagit en passant le dispositif vigipirate à l’écarlate. Certes, c’est le plus haut niveau jamais atteint, mais cela ne semble pas si bête, tant que le serial killer court toujours. Le vrai problème du plan vigipirate c’est que le niveau monte souvent mais que je n’ai pas souvenir d’avoir jamais entendu parler d’une révision à la baisse!

* = pas assez serré

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Ça va

Je ne sais pas ce qui leur est passé par la tête, aux mecs qui ont décrété une journée internationale des droits des femmes. Ça aurait pu faire bouger dangereusement les lignes.

Heureusement, le monde est plein de trolls qui ont très vite tourné le truc en dérision. On était passé tout près de prendre les femmes au sérieux.

Puis les publicitaires et communicants de tous poils se sont saisis du truc. Je me demande comment les historiens expliqueront le glissement d’une journée des droits des femmes à une journée ou l’on offre une rose à chaque cliente, collaboratrice ou compagne, pour la remercier de sa décorative présence.

À toutes les femmes qui laissent faire ça, a toutes celles à qui on à offert une rose et qui ne l’ont pas mangée, à toutes celles qui voudraient être plus souvent un sex-toy je voudrais dire du fond du coeur merci, pour leur distrayante existence.

5 Commentaires

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.