Archives de Catégorie: Si je peux me permettre… — Et il se trouve que je peux! — D’ailleurs je me permets.

Mes réflexions sur l’actualité et le monde dans lequel nous vivons n’ont pas pour but de vous plaire, ni, d’ailleurs, de vous déplaire.

Quand les combattantes féministes se tirent une balle dans le pied

Orelsan vient d’être condamné pour avoir osé représenter dans des œuvres de fiction les violences qui sont parfois faites aux femmes. D’après le procureur il s’agit manifestement de fictions indépendantes et internet, qui fourmille de beaucoup de choses, ne semble pas relater d’appel de l' »artiste » à traiter les femmes comme le sont ses personnages féminins. Il a malgré tout pris une amende avec sursis pour « injure et provocation à la violence à l’égard des femmes ». Les dieux m’en soient témoins, je n’aurais pas cru parler un jour pour un rappeur. Mais cette décision de justice me sidère.  Comment diantre peut-on se dire féministe quand on essaie de jeter un voile sur les violences qui peuvent être faites aux femmes? Le silence a-t-il jamais profité aux victimes?

Que doit-on comprendre de cette nouvelle interprétation du droit?
Doit-on extraire de nos bibliothèques tout ce qui représente des comportements inacceptables,  à commencer par les manuels d’histoire? Le droit d’informer sauvant les ouvrages historiques,  l’anathème doit-il se limiter aux oeuvres de fiction?
Faut-il alors traquer et brûler « le Cid », qui raconte un meurtre? Peut-on laisser les enfants lire Fantômette alors même que l’héroïne de la bibliothèque rose pénètre sans autorisation sur des propriétés privées? Si on peut sauver la fiction, faut-il au moins insérer un avertissement au spectateur? Verra-t-on sur la couverture des prochaines éditions de « quatrevingt-treize » un cadre noir indiquant que les faits de dégradations volontaires et de violences aux personnes décrits dans cet ouvrage sont prohibés et ne doivent pas être imités? Faut-il insérer un encart avant le dernier chapitre de « Madame Bovary » stipulant que le suicide est dangereux pour la santé? Doit-on indiquer en notes de pas de page dans « l’Assommoir » les traitements qui sont contraires au respect de la dignité humaine et punis par le droit du travail?

Les tendances dans le féminisme sont aussi nombreuses que les féministes.  Mais il est une chose qui rassemble beaucoup des mouvements contemporains (féministes ou non): la présence médiatique a pris le pas sur la pertinence de la rhétorique dans leur communication. Je suis perplexe quand aux chances d’emporter ainsi l’adhésion.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

À quoi ca sert d’avoir des vêtements si on ne peut rien faire dedans

Force est de constater que les brigades exhibitionnistes de Inna Chevchtchenko ont passé une vitesse.
Il faut noter que si on a assimilé le concept de camps d’entraînement maghrébins envoyant leurs membres mener des actions en Europe, l’inverse est incongru. Je me suis donc personnellement réjoui de voir un camp d’entraînement français missionner trois femmes pour commettre en Tunisie un attentat à la pudeur.
On peut se demander si elles avaient trop froid à poil dans Notre-Dame de Paris, ou si elles en avaient marre d’être inéluctablement relâchées. Peut-être aussi qu’elles ont cru naïvement que la condition des femmes est pire dans un état musulman dont la révolution est en passe d’être récupérée par des traditionnalistes religieux.
Sur le fond il semble qu’elles aient présenté leurs outrages au système judiciaire tunisien pour soutenir une des leurs sur le point d’être jugée. A défaut d’être malin, c’est gentil. J’ai malgré tout du mal à croire que la vue de leurs charmes barbouillés de noir soit de nature à faire fléchir les tunisiens. Ça doit plutôt avoir l’air d’une affirmation du mépris des femens pour les traditions du Magreb, couplé à l’arrogance des pays du nord,  qui se croient détenteurs exclusifs du « Bon modèle ».
L’objectif inavouable que ces dames impudiques semblent poursuivre est en fait une banale victimisation. Elles n’auraient pas agi autrement si elles avaient voulu maximiser le nombre et l’exposition médiatique des femens en prison…

1 commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Politique et logique sont-ils antinomiques?

Si pour vous l’info du jour c’est le grand retour de BlackBerry, passez votre chemin. Le communautarisme des usagers de ce téléphone mériterait sans doute un article, mais il y a eu une autre bombe médiatique qui a peté a la gueule de Christiane Taubira. Au matin du deuxième jour de l’examen de sa loi dite de mariage pour tous (conçue comme o&n sait de façon à déplacer les inégalités sans les supprimer), une circulaire a été portée à la connaissance du public. Cette circulaire adressée par madame Taubira à ses services leur demande de répondre positivement aux demandes de nationalité française pour des enfants manifestement issus de gestation pour autrui. L’opposition au mariage pour tous s’est scandalisé de cette reconnaissance implicite de la GPA, interdite en France. Les partisans de la GPA, narquois, s’empressent de leur demander si c’est bien l’intérêt des enfants qui les motive.
Plus le débat se poursuit plus on s’éloigne de la logique. Je propose donc à Christiane de procéder comme suit:
1) il me semble correspondre effectivement à l’intérêt des enfants en question de leur accorder la nationalité française.
2) la preuve de l’existence d’un contrat de GPA réclamée dans cette circulaire comme condition pour cette attribution de nationalité pourra servir avantageusement comme preuve dans des poursuites à l’encontre de ces contrevenants à la loi française qui interdit le recours à ce type de procédés.
3) les enfants issus de GPA, devenus français devront en suite être recueillis par les services sociaux, qui seront chargés de les placer en vue d’une adoption, pourquoi pas par un couple homosexuel?

1 commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Politique, t’es foutue: les idées sont à la rue

Pour ceux qui l’ignorent, je suis contre le mariage civil, car je ne crois pas que ce soit à l’état de définir de façon normative le sens d’une union, et les engagements qui la constituent. J’avais développé ce point . Je ne suis donc ni pour ni contre le mariage pour tous, dans la mesure ou les positions des deux camps me paraissent également sujet à caution. Je ne suis pas nécessairement bloqué sur ma position, mais les gens qui ont prêché pour l’un et l’autre camp ont failli à me convertir à l’intérêt du mariage civil.

Il n’y a pas débat. il y a des bas et jamais de haut.

Je récuse aussi l’opinion couramment exprimée dans les médias que la société française est traversée par un « débat » sur le sujet. Quand les gens se rangent à une position dogmatique puis cherchent à la justifier par des arguments, on ne peut parler de débat. La pertinence même d’invoquer le concept d’idée est déjà discutable. Objectivement, on assiste plutôt à un truc qui relève de l’échange d’invectives. Dans cette atmosphère délétère, certains se demandent s’il est pertinent d’en parler à l’école. La réponse de tous à cette question est simple: chacun a intérêt à ce que l’école convertisse les élèves à sa position et n’offre pas une tribune à l’autre camp pour prêcher sa position. Tous ce qu’on envisage c’est de déplacer (ou pas) l’échange d’invective dans les écoles.

« Mourir pour des idées, c’est bien beau mais lesquelles ? » G. Brassens

S’il faut (ré?)inventer le débat, l’école serait peut-être le bon endroit pour ça. Elle pourrait former des générations entières à débatte et créer dans la société les condition d’un dialogue qui ne serait pas inévitablement un dialogue de sourds.Les élèves sont plus malléables que les adultes qui ont déjà épousé une cause. Ils pourraient être formés à penser. D’une manière générale, c’est à l’école qu’on peut construire des utopies. Mais je n’ai pas suffisamment la foi pour affronter ce moulin à vent.

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

AdGate: la boulette de Free à l’intention de ceux qui n’ont pas tout compris

Free bloque de la publicité et certains ont le culot de s’en insurger. Sont-ils fous? Ou Free joue-t-il à l’apprenti sorcier?

Concrètement que s’est-il passé?

Les abonnés Free qui ont opté pour une connexion dégroupée disposent d’une box qui interagit d’un coté avec les serveurs de Free (et via eux, avec Internet) et de l’autre avec tous les appareils connectés (ordinateur, télévision, téléphone et plus si affinité). Cette box, comme les box des concurrents, contient un logiciel (en anglais « firmware ») qui permet entre autre de gérer les différents flux (dont internet) et d’administrer un réseau wifi, qui desservira les autres appareils de la maison.Il y a plusieurs versions de la Freebox en usage. Chacune a un firmware différent.

Une mise à jour du firmware de la freebox révolution (la plus récente) ajoute une fonctionnalité qui bloque tous les flux en provenance de serveurs de publicité listés par Free. Si je vais sur un site financé par la pub, des messages commerciaux s’affichent ici ou là dans la page. Disons qu’il s’agit de morceaux de site incrustés dans la page. Ils proviennent d’une autre adresse que celle du site que je demande à mon ordinateur d’afficher. C’est ces adresses que Free a listé. Par défaut, à l’issue de la mise à jour, ces serveurs de publicité sont bloqués. Enfin, si le blocage peut être désactivé, on ne peut pas ajouter ou supprimer des sites de la liste de Free.

Quelles conséquences?

Le premier point qui pose question est sur la liste des régies publicitaires bloquées. En effet, Free a listé les régies publicitaires les plus importantes en oubliant celle du Monde, dont un actionnaire notable est le fondateur de Free. Si ce n’est pas fait exprès, alors c’est un manque de chance extraordinaire, car évidemment on crie au favoritisme. A l’inverse, Free bloquerait aussi des contenus qui ne sont pas des pubs.

Le deuxième point qui agite l’internet Francophone c’est qu’une telle pratique risque de se généraliser et de tuer les sites gratuits financés par la publicité. Si de produit vous devenez client, c’est vous qui allez devoir payer. Personne ne fournira des contenus pour lesquels plus personne ne paye plus.

Il est peut-être un peu tôt pour en parler mais on pourrait voir un chantage se mettre en place entre régies publicitaires et fournisseurs d’accès internet (FAI), sur le mode payes-moi et je te laisse l’accès à mes utilisateurs. On a déjà vu une bataille de ce type entre YouTube et Free. Google, qui possède le site de vidéo disait en substance: mes vidéos rament chez tes utilisateurs, car le tuyau est trop petit pour faire passer autant de données. Si tu veux que ça arrête de ramer, tu va payer un plus gros tuyau, et les frais que ça m’occasionne de m’y brancher. Si Google réduisait ses tuyaux vers Free, le fournisseur d’accès pourrait avoir le choix entre arrêter de bloquer le service de pub du géant américain et perdre ses abonnés.

Free a fait les choses moins salement qu’on aurait pu le craindre, en bloquant au niveau de la box (donc chez le client) les flux que cette société estimait nuisibles. De plus le blocage peut être désactivé. Mais on sait que les concurrents de Free, et notamment Orange, sont équipés pour mettre en place des blocages de ce type au milieu du réseau, ce qui pose des problèmes technique très différents. Pour prendre une analogie, le fait de ficher les religions des étudiants en Grande Bretagne, ne pose pas de problème, car ce fichier n’est utilisé qu’a des fins statistiques. Mais si un groupe mal intentionné prenait le contrôle du pays, ce fichier permettrait d’organiser des purges, comme ce fut le cas dans les pays sous occupation Allemande (C’est d’ailleurs pour ce type d’utilisations qu’ont été développées,dans les années 40, les techniques qui devinrent les prémisses de l’informatique. De la même façon, des installations qui contrôle ce qui a le droit ou pas de transiter par le réseau, ça existe en Chine et en Iran. La France en a vendu à la Libye et à la Syrie. Et dans tous ces pays, ces installations supposées combattre les pédophiles et les terroristes servent à empêcher la libre expression. En France, on a tendance à considérer prudemment que ce type d’installation ne doit pas être mis en place, car on ne peut pas savoir qui pourrait mettre la main dessus dans 10 ans!

2 Commentaires

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

Get yourself a gun

Encore une tuerie aux Etats-Unis. Rien que de très habituel, me direz vous. Il faut dire qu’en France nous sommes peu nombreux à posséder des armes.

Les américains on un raisonnement très particulier sur les armes. Ils estiment qu’un de leurs droits les plus sacrés est celui de se défendre. C’est à ce titre que dans de nombreux états, les armes sont en vente libre. Les analystes les plus simplistes estiment que le but est que chaque citoyen puisse acheter les armes nécessaires à sa défense.
C’est en fait plus retors que cela. Pour se défendre, il faut être agressé, ou au moins menacé. Or, si les agresseurs potentiels ne peuvent pas se procurer d’armes, ils risquent de passer plus difficilement à l’acte.
Avec des armes en vente libre, n’importe qui peut s’équiper pour défourrailler sur le premier venu, offrant à ce dernier une occasion de légitime défense.

La semaine prochaine, nous verrons comment l’Amérique pourrait lutter contre l’obésité en popularisant des méthodes de self défense telles que la savate…

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

L’opposition forte

Ceux qui rient de la politique (moi compris) tendent à taper surtout sur le parti au pouvoir. Dans cette optique, il importe de saluer l’UMP, qui fait un numéro de clown remarquable, et donne donc du grain à moudre aux critiques de tout poil. La France rie donc exceptionnellement de l’opposition et d’elle seule.

Il fallait au moins que ce parti soit le grand perdant de ses propres élections internes pour que les satiristes de tous poils oublient instantanément l' »amateurisme » du gouvernement, l’Ayrault-port et jusqu’à l’action coup de poing du GUD dimanche.

Dépêchons nous quand même d’en rire car parmi les gagnants de cette histoire, on va trouver inéluctablement les petits gars de la Marine, le PS, et qui sait, peut-être même un ex-président à la solde d’un groupe russe…

Poster un commentaire

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.