Le féminisme est-il juste un gros troll poilu?

Ce matin après le bouclage d’un article que je comptais publier ici, je me suis retrouvé en proie à l’angoisse de la page blanche. Heureusement, la couverture par le journal Métro de la campagne « oser en parler » m’a sauvé. Du coup, l’article de ce matin est repoussé aux calendes grecques.

Les filles, j’accepte comme légitimes une partie au moins de vos revendications. En tout état de cause, les violences conjugales, c’est un vrai sujet. Et si je trouve regrettable qu’on dissocie toujours (par pur sexisme) le traitement des violences conjugales en fonction de qui tape sur qui, il ne me parait pas invraisemblable, en l’absence de chiffres fiables indiquant le contraire, de supposer que les femmes en sont le plus massivement victimes. Et puis ça colle tellement bien au cliché…
Mais il y a des limites au militantisme décérébré. On peut prendre des positions extrêmes, je serais mal placé pour vous le reprocher. Mais par pitié, si vous voulez conserver un minimum de dignité, quand vous posez la statue des droits des femmes debout sur le cadavre des droits de l’Homme, laissez paraître un peu de dérision. Quand je lis « il faut que la parole des victimes soit assimilée à une preuve par les policiers et les magistrats », je crois d’abord à une blague. Mais dans l’encart qui suit, une personne de la FNSF dit le plus calmement du monde que croire la parole des femmes est un principe de base. Ça pose l’ambiance: dans FNSF, il y a FN et SF, c’est raccord pour le croisement entre Marine Le Pen et 1984.

Georges Brassens chantait dans le pluriel « oui, la cause était bonne, était belle, nous étions amoureux, nous l’avons épousée. Nous voulions être heureux, tous ensembles, avec elle, nous étions trop nombreux, nous l’avons défrisée. » Certains militants, qui sont en général les plus virulents, devraient prendre des distances avec leur cause, s’ils l’aiment vraiment.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Si je peux me permettre... -- Et il se trouve que je peux! -- D'ailleurs je me permets.

5 réponses à “Le féminisme est-il juste un gros troll poilu?

  1. soiz

    Même l’OMS a du mal à trouver des chiffres prouvant que la violence faite aux femmes est nettement supérieure à celle faite aux hommes : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs239/fr/index.html
    http://www.who.int/violence_injury_prevention/violence/world_report/en/summary_fr.pdf
    « Lors d’enquêtes faites à travers le monde, entre
    10 et 69 % des femmes ont dit avoir fait l’objet
    de violences physiques de la part de leur
    partenaire masculin à un moment ou à un
    autre de leur vie. »
    Sans déconner les mecs, entre 0 et 100% quoi ?
    Néanmoins, ça va au delà du cliché et vraisemblablement les violences domestiques sont principalement orientées vers les femmes (mais il y a différents types de violence).

    Pour en revenir à ton propos, les notions juridiques, procédurales et libérales de chacun sont parfois assez fluctuantes et expliquer la notion de preuve est par moments une gageure.
    Par contre, ça peut valoir le coup de vérifier si un journal comme métro a bien retranscris les propos qu’il a recueilli, et si les personnes qui se sont exprimées voulaient vraiment dire une connerie pareille.

    Mais heureusement les gens qui font les lois ont fait pleins d’études, ce sont des personnes bien plus réfléchies et il n’y a rien à craindre.

  2. Pris'

    Déjà il faut savoir qu’il y a différent courant du féminisme : emprunt du marxisme (dont Engels et Marx, on revendiquait l’esclavagisme et l’oppression des femmes), le féminisme de différenciation, libéral, égalitaire.. et j’en passe ! Évidemment, celui basé sur les théorie d’Engels et Marx est passé d’actualité, puisque les mœurs ont changé.
    Les médias s’amusent à faire passer la question féministe sous effigie d’une lutte révolutionnaire anti-hommes. On entends beaucoup parlé des mêmes femmes (Badinter, Halimi..), et forcément, il est facile après ça d’avoir une image dégradée des « luttes » féministes.
    Concernant les violences, le but n’est pas de savoir qui sera le plus violenté, mais au contraire, de dénoncer des violences conjugales (physiques, verbales) et professionnelles (harcèlement moral), tant subies par les hommes que par les femmes.
    Moi aussi donc, en tant que femme, je pousse mon coup de gueule contre les idées trop vite reçues sur les débats féministes. Et ca vaut pour beaucoup, quand les débats sont médiatisés : DSK, FN, élections présidentielles, la crise financière…

    • Mon propos n’est pas de dire que tous les militants déservent leur cause. Je dirais plutôt que chaque cause génère un militantisme dont une frange la dessert. Il y a plein de gens pour noter les pas en avant, je collectionne les pas en arrière…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s